Le phénomène off the grid

Off the grid

 

Alternatives énergétiques, autosuffisance alimentaire, maisons auto-construites et grands espaces, ca vous tente ? Je vous emmène à la découverte d’un mode de vie alternatif, loin du tumulte des grandes villes, ou pas, le mouvement Off The Grid !

Off the grid, un mouvement loin des clichés

 

Lorsque je me suis intéressée au mouvement « Off the grid », ce que j’en avais entendu me laissait penser à quelque chose d’assez extrême, proche du survivalisme. Des personnes volontairement éloignées de la société moderne, plus ou moins livrées à elles-mêmes, sans commodités, eau ni électricité. Or il n’en est rien, ou presque. Au fur et à mesure des articles et vidéos que je regardais, j’ai découvert un mouvement très hétéroclite. Si certains Off the grid sont effectivement retirés dans des cabanes rustiques au fond des bois sans eau ni électricité, avec pour seule source de nourriture celle offerte par la nature, beaucoup vivent dans des maisons tout confort, souvent construites par leurs soins.

Le mouvement Off the grid (« en dehors des réseaux » en français) est, à la base, défini par le fait de ne pas être raccordé aux réseaux électriques ou gaziers, et s’étend au réseau de distribution de l’eau, aux communications…

L’idée globale du mouvement étant de retrouver une certaine autonomie afin de dépendre le moins possible du système.

 

Autonomie énergétique et autosuffisance alimentaire

 

Pour reprendre Jonathan Taggart, les individus qui vivent Off the grid vivent demain aujourd’hui. Explications.

La société dans laquelle nous évoluons est basée sur la consommation de ressources non renouvelables (pétrole, gaz, charbon…). Or, dans un futur plus ou moins proche, il sera nécessaire pour nous d’apprendre à nous en passer. C’est ce que font déjà ceux qui ont choisi l’alternative Off the grid. La plupart d’entre eux a développé des installations plus ou moins complexes qui permettent d’alimenter leur domicile en électricité verte (éoliennes, panneaux solaires, turbines…) et en eau potable. Ils ont fait le choix de cultiver leurs propres fruits et légumes, et pour les conserver afin d’être autonomes tout au long de l’année, à la place de la congélation qui consomme beaucoup d’électricité, ils ont recours à la bonne vieille conserve en bocal !

Lorsque l’on est dépendant de ce que l’on produit (alimentation, énergie, eau…), on est beaucoup plus économe, et tout est optimisé pour éviter le gaspillage. L’autonomie énergétique et alimentaire que propose ce mouvement demande de nombreux efforts, et beaucoup trouvent ce mode de vie difficile.

Life off the grid, à la rencontre de ceux qui ont choisi de déconnecter

 

Le film documentaire Life off the grid réalisé par Jonathan Taggart et Phillip Vannini (2014) part à la rencontre des « déconnectés » du Canada façon road-movie au cœur de grands espaces.

Il est construit autour des rencontres de Jonathan et des témoignages de ces personnes qui ont choisi de vivre de leurs propres ressources. Des portraits sincères et sans artifices d’individus de tous horizons. Pour certains citadins débranchés du réseau électrique, pour d’autres isolés de tout sur la banquise du grand nord, dans de grandes maisons tout confort, des earthships ou encore des cabanes en bois, qu’il s’agisse de véritables communautés, de familles ou de grands solitaires…

Il révèle ainsi la diversité des profils des personnes qui ont choisi ce mode de vie fait d’alternatives, et nous montre que finalement, il y a autant de définitions de l’expression « off the grid » qu’il y a d’individus qui font partie du mouvement.

D’un point de vue plus personnel, je dois avouer que ces quelques recherches n’ont fait qu’accroitre ma curiosité pour ce phénomène. Je tenterais bien l’expérience de quelques semaines de vacances off the grid histoire d’expérimenter par moi même ce qu’implique l’autosuffisance. Et vous ?

En savoir plus sur le mouvement Off the grid

Retrouvez ici le site du magnifique documentaire Life off the grid

http://lifeoffgrid.ca/

Pour le regarder en VOD c’est par ici (anglais sans sous-titres)

https://vimeo.com/ondemand/lifeoffgrid/

Et je vous propose une interview de Nick Rosen, un journaliste familier du mouvement et auteur du livre « Off the grid : inside the movement for more space, less governement, and true independance in modern America »

http://www.courrierinternational.com/article/2010/09/09/c-est-decide-je-me-debranche

crédit photo :

Extraits du documentaire Life off the grid de Jonathan Taggart

Julie Chiarandini Bolioli,
graphiste éco-responsable
Origin Art Studio (Toulouse)

Related Blogs

Posted by Julie Chiarandini Bolioli | 9 janvier 2017
« Mon climat » par Jacques Gamblin
Jacques Gamblin "Mon climat"   Quand Jacques Gamblin nous parle du climat, c'est la poésie, de l'humour, la révolte et l'émotion qui sont au rendez-vous. Découvrez "Mon climat", ce texte...
Posted by Julie Chiarandini Bolioli | 18 octobre 2016
Logan Laplante, sans école et heureux !
Logan Laplante, sans école et heureux !   Quand un ado de 13 ans nous explique pourquoi il est heureux d’avoir quitté les bancs de l’école, c’est de l’énergie à...
Posted by Julie Chiarandini Bolioli | 14 septembre 2016
Pédagogies alternatives : l’enfant au cœur du processus d’apprentissage
Pédagogies alternatives : l'enfant au cœur de l'apprentissage   Début septembre, les vacances sont finies, c’est le moment de ressortir le cartable pour la rentrée des classes. Pour rester dans...