Communication éco-responsable – optimiser un support en amont de l’impression

Si vous vous êtes baladé sur le site d’Origin Art Studio, vous avez déjà entendu parler de graphisme et communication éco-responsable. C’est LE truc qui occupe mes journées depuis quelques années maintenant.

À l’heure où les consciences s’éveillent et où le développement durable entre dans le quotidien, il est important de savoir qu’une structure peut aussi communiquer en étant en accord avec ses valeurs, grâce des messages justes et des supports éco-conçus. Dans cet article, j’aborde le problème des supports imprimés qui sont ceux qui ont le plus d’impact sur l’environnement.

Adapter le support à son contenu et à son utilisation, choisir son imprimeur, communiquer vrai… Découvrez les clés pour concevoir un support de communication éco-responsable !

 

La communication éco-responsable c’est quoi ?

La communication éco-responsable, c’est prendre en compte d’une part l’impact environnemental des supports (usage du papier, des encres, de l’eau, le transport, le recyclage, le gaspillage…), et d’autre part, l’impact du message sur le public, afin construire une vraie relation de confiance (utilisation d’arguments justes, messages respectueux du public…).

Guide de l'éco-communication - ADEME 2005
Guide de l’éco-communication – ADEME 2005

Comment optimiser son support ?

Lorsque l’on communique, on ne fait pas les choses par hasard : pour être juste, il faut choisir le bon message, au bon format, sur le bon support.

Un support pour qui ?
Il est important de bien cerner le public visé, la « cible » dans le jargon, car il impacte directement sur la stratégie à mettre en place.

Un support pour quoi ?
Quel est le but de ce support ? Doit-il informer le public ? Doit-il lui vendre quelque chose ?

Un support comment ?
Quels sont le support et le format les plus judicieux ? Avec quel contenu ?

Une fois le projet bien défini, le graphiste prend ses feutres et ses crayons et travaille à optimiser le design et la mise en page du futur support de communication, avec quelques critères spécifiques à l’éco-conception.

Format de papier, standard et gaspillage

Recyclage du papier

Une des premières choses à laquelle il faut penser lorsque l’on créer un support, c‘est son format. Il est important de choisir un format adapté

au contenu, car un format trop petit amènerait à un contenu trop dense, difficilement lisible, et à l’inverse un format trop grand donnerait lieu à un support vide. Qui plus est, afin d’éviter trop de chûtes de papier et de gaspillage lors de l’impression, il est plus que conseillé de rester dans des formats standards. Un contenu intéressant et un design pertinent sont plus importants qu’un format original.

Encres, couleurs, eau et recyclage

Le petit challenge en matière de création (le graphiste aime les défis), c’est de trouver LE design qui déboîte avec un usage des encres raisonné.

Pourquoi ?

Le choix des couleurs à utiliser influe beaucoup sur la quantité d’eau mise en œuvre pour l’impression du document. Utiliser la quadrichromie (cyan, magenta, jaune, noir, qui permet de créer un panel de couleurs quasi infini) revient à se servir de la configuration basique des imprimantes. Rajouter une couleur supplémentaire coûte non seulement très cher, et nécessite un nettoyage complet de toutes les bobines et du circuit d’impression avant son application, ce qui implique d’utiliser de grandes quantités d’eau.
Et ce n’est pas tout, de la quantité d’encres utilisée pour l’impression, découle la quantité d’eau utilisée pour laver le papier lors du recyclage. Donc très logiquement, moins il y a d’encre sur le papier, plus il est facile à recycler.

Comment ?

C’est là qu’intervient tout le génie du graphiste (ben oui quoi, c’est sympa de se faire mousser un peu). Une des premières choses sur lesquelles il peut intervenir, ce sont les aplats de couleurs, l’idée étant de les limiter au strict nécessaire. La quantité d’encres utilisée pour imprimer un bandeau plein de 6/7cm est la même que pour une page entière de texte. Il veille également à choisir une police peut gourmande en encre, pas trop « grasse ». Tout ça, sans nuire au design !

Choix des couleurs

Mise en page, marges et blancs

Et oui ! On peut aller encore plus loin en optimisant la mise en page. Ici on fait en sorte de choisir des marges correctes mais pas trop larges, des interlignes pas trop grandes non plus, et on évite les blancs inutiles. On aère, mais pas trop ! Cela permet de gagner un peu plus de place pour le texte. Et quelques lignes de gagnées par-ci par-là, ca peut faire plusieurs pages en moins sur la totalité du support, et doooonc ? Moins de papier utilisé !

 

Vous voyez ? Avec quelques petites astuces on peut :

– éviter du gaspillage en choisissant le bon format,
– permettre un recyclage plus facile du support et utiliser moins d’eau,
– gagner de la place sur le support et imprimer moins de pages.

Voilà comment, grâce à la communication éco-responsable, on peut produire des supports plus respectueux de l’environnement ! Bon, d’accord, ca ne s’invente pas, mais c’est pour ça que je vous en parle :-)
Restez connectés pour la suite de l’article et découvrir comment choisir au mieux son papier et son imprimeur !


Julie, graphiste éco-responsable chez Origin Art Studio (Toulouse)
Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *